Errance

Une bâtisse en matériaux traditionnels sur la levée de la Loire n’attendait qu’un jardin pour terminer sa restauration. Celui-ci prend place sur la parcelle nue, autrefois dédiée au potager et aujourd’hui destinée à accueillir un assainissement autonome quelque peu encombrant. Pour satisfaire les envies parfois antinomiques des propriétaires et les contraintes techniques, le jardin est divisé en cellules offrant des ambiances très différentes : naturaliste ou au contraire structurée, et même les deux à la fois. Le lien entre chaque pièce se fait par des allées de pelouse, bordées d’arbres tiges qui émergent au dessus d’arbustes en port libre et appellent à la déambulation. L’assainissement se dissimule sous des vagues de graminées et vivaces colorées qui ondulent comme la Loire. Un jardin de méditation s’est logé dans un écrin de végétaux aux silhouettes graphiques, pour reposer l’œil et l’esprit.

Comments are closed.