AccueilPortfolio › Jardins contemporains

Jardins contemporains

Pêle-mêle contemporain

Esquisses, croquis à l’aquarelle traduisent mon approche sensible du paysage. Ce type d’illustrations est ma façon  de montrer le plaisir ou l’émotion que peut procurer un jardin en devenir. 

A l’oblique

Une habitation contemporaine est sur de point d’être achevée. Elle se loge sur un vaste terrain tout en longueur et dont la moitié de la surface est un coteau boisé à forte pente. Les pièces principales de la maison sont perpendiculaires au coteau, du fait peu appréciable, et font face à un vis-à-vis disgracieux.

Pour profiter de ce terrain atypique et oublier le vis-à-vis, le regard est guidé intuitivement vers le coteau, en orientant tout le jardin selon des tracés obliques au bâti et aux limites de propriété. Le terrain n’en parait que plus large puisque les contours sont redéfinis par des diagonales et flouté par des massifs écrans au port naturel. Les terrasses sont traitées de même, et un jeu de matière permet une totale cohérence avec le bâti bicolore. En pied, les vivaces colorées rappelle la gaieté d’un jardin familial.

Confetti

Le clos de mur de cette longère restaurée n’avait jamais été mis en valeur. Autant ses dimensions sont réduites, autant sa fonctionnalité est importante puisqu’il s’agit de l’entrée de la maison. Cet espace peut devenir un atout de charme avec son préau, son puits et ses murs de pierres. Encore faut-il pouvoir loger un jardin sur un confetti.

Place nette est faite. Seuls les oliviers et un magnifique érable du japon sont conservés. Les tracés des massifs prennent l’allure d’arcs de cercle très épurés en pied de mur, pour répondre à l’envie de jardin contemporain. J’y vois aussi un clin d’œil au « confetti ». Les espaces libres entre les futures plates-bandes constituent les circulations. L’entrée principale est soulignée d’un passe-pied en schiste. Chaque massif recevra graminées et vivaces champêtres, proches du jardin naturaliste en accord avec le bâti. Les floraisons blanches des hortensias arbustifs illumineront l’ombre sous l’érable et apporteront de la légèreté. Un concentré de jardin en guise d’accueil, un extrait de Naturel contemporain.

Nouvelles perspectives

Dans ce jardin en L, toutes les fonctionnalités doivent être repensées. Certaines circulations sont assimilables à d’étroits couloirs, d’autres ne sont pas matérialisées et pourtant empruntées quotidiennement. Depuis les portes-fenêtres de la maison, le jardin est monochrome et désuet. La piscine coincée entre bâti et clôture, est en plus oppressée par une végétation envahissante. Sa plage sous-dimensionnée ne permet pas de profiter de cet espace de multiples manières. Ce jardin a besoin de nouvelles perspectives et de nouvelles tendances.

Les allées sont élargies et rythmées de petites terrasses ouvertes sur le jardin. Les revêtements de sol (pierre naturelle et gravier stabilisé) permettent de distinguer les lieux de passage des lieux de pause. Naturels et contemporains, aux tonalités de gris, ils apportent un certain « chic » au bâti. L’entrée de l’habitation se visualise désormais, sans ambiguïté, ainsi que l’accès vers le garage. Autour de la piscine, l’espace est déshabillé de ses végétaux inadaptés et de nouvelles terrasses sont agencées sur différents niveaux. Un pool-house trouve sa place. Des arches métalliques redéfinissent les volumes et semblent repousser les murs. Elles permettent également de supporter des voiles d’ombrage. Deux nouveaux matériaux apportent de la chaleur et rééquilibrent le ton froid des précédents revêtements : le bois, utilisé en terrasse ou en bardage, et le Corten (métal oxydé et stabilisé), façonné en panneaux, en tableaux, en habillages de jardinières ou bordures de massifs. Une toute autre végétation, choisie pour son graphisme, son développement maîtrisable, et ses couleurs en camaïeu de vert et blanc, fait vivre l’ensemble au fil des saisons.

Jardin épuré, écrin de sérénité

Un jardin de ville, avec vis-à-vis et écrasé par une haie persistante devenue trop imposante pour permettre son agencement.

En lieu et place de la haie, des murs élégamment parés d’ardoise naturelle, s’élèvent et créent l’intimité. Une lame d’eau s’y intègre. Un jeu de terrasses aux lignes strictes, et sur trois niveaux, épure l’endroit tout en délimitant plusieurs espaces de vie pour recevoir, pour partager et pour se poser.

La pierre blanche contraste avec le parement d’ardoise et le plancher composite gris, tel le yin et yang. La palette végétale est réduite : topiaires et autres vivaces graphiques. Un appel à la sérénité.

Piscine, nouvel espace de vie

La piscine installée au fond du jardin, il y a une quinzaine d’année, est aujourd’hui peu attractive pour ses propriétaires. Clôturée, éloignée des pièces de vie, sans coin d’ombre, le bassin de nage tel quel n’est plus adapté aux nouvelles habitudes de vie. Le revêtement de la plage nécessitant une totale réfection, met l’équipement en sursis.

En remplaçant la clôture dissuasive par une couverture de piscine sécurisée, l’espace semble plus « accessible ». Il s’ouvre sur le reste du jardin grâce à des arches métalliques qui créent deux perspectives. Il se lie au bâti par l’élévation de murs en parement ardoise et la réalisation d’un passe-pied qui rejoint la terrasse de la maison. L’agencement de nouvelles terrasses autour de la piscine et de voiles d’ombrage apportent d’autres fonctionnalités que la baignade à cet espace. Il est possible désormais de recevoir, de dîner, de se reposer à l’ombre, de lire et même de déambuler le long des massifs fleuris… tout en profitant de la présence apaisante de l’eau.

Terrasses ligériennes

Un pavillon cossu, juché sur un terrain en pente, et bénéficiant d’un panorama époustouflant sur la Loire. Devant un tel paysage naturel, tout aménagement semble préjudiciable à la vue. La pente est donc inexploitée depuis son acquisition.

Sur le principe des restanques provençales,  le terrain est aménagé en 3 terrasses dont les lignes horizontales soulignent le paysage pour mieux le mettre en valeur. Au niveau le plus haut, devant la maison, se trouvent terrasses et murets en matériaux naturels, ainsi qu’une piscine à débordement qui communie avec le fleuve. Les niveaux inférieurs sont des terrasses de verdure, agrémentées de massifs de vivaces, et vouées tantôt aux jeux, tantôt aux pauses pour profiter encore de la nature et toujours de la vue.

Tout en courbe

Une construction neuve située en contrebas, agrémentée d’une piscine. La vie extérieure s’organise sur les terrasses de l’habitation, sans exploiter le jardin au dessus du talus.

En travaillant sur les fonctionnalités de ce talus, celui-ci devient un élément incontournable du jardin et créer le lien. Un muret de soutènement, en pierres naturelles aux coloris chatoyants,  ondule et appelle à la promenade. Une terrasse ronde se love à mi-pente pour créer un espace cocon, propice au repos ou à la lecture. Les dernières marches permettent d’accéder à un tapis vert de pelouse, où tous les jeux sont permis. Et l’endroit vit enfin. Les graminées allègent le bâti et les vivaces en camaïeu de bleu apportent la quiétude.

Jardins champêtres